Pêle-mêle #1

Vous l’avez peut-être remarqué si vous me suivez un peu, je n’ai pas publié de « Blogorevue » depuis quelques temps.

Il se trouve que j’ai énormément ralenti ma « consommation » de blogs dernièrement. Pas parce que ça ne m’intéresse plus, loin de là, mais je me suis rendue compte que j’en ressortais systématiquement découragée. Lire chaque jour des articles formidablement écrits et illustrés me donne l’impression que je ne suis pas capable d’en faire autant. C’est ce que l’on appelle une croyance limitante. (Ben v’là que je me mets à parler comme un coach de développement personnel…)
Nous sommes rarement très objectifs concernant nos propres capacités, et nous ne nous laissons pas toujours la possibilité d’exprimer tout notre potentiel, ce qui est fort dommage. Je travaille beaucoup là-dessus en ce moment, et je suis heureuse de constater quelques petits progrès. En attendant de regagner suffisamment de confiance, je préfère limiter les occasions de me comparer.

En outre (c’est une expression de prof de français ça non ?) j’ai remarqué que tout le monde avait tendance à s’influencer mutuellement dans la blogosphère, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi hein, mais j’ai l’impression que ça n’encourage pas vraiment à être créatif. J’aimerais essayer de puiser d’avantage mon inspiration dans mon quotidien et mes propres expériences plutôt qu’en lisant les productions des autres.

Je n’ai pas pour objectif d’avoir un blog absolument unique et innovant, pas du tout. Et heureusement parce que ce serait terriblement compliqué ! J’ai eu, et j’ai encore besoin de m’inspirer du travail des autres pour apprendre et progresser, pour préciser ce que je veux faire. Mais je sens que je dois prendre un peu de recul, passer moins de temps à lire les blogs des autres (ou à promouvoir leur contenu) au profit de mes propres articles.

J’ai des tas d’idées de catégories sympas que j’aimerais lancer pour me diversifier, j’en ai même tellement que je ne sais pas très bien par quel bout attaquer. (J’ai l’impression que je vous dis ça 3 fois par mois…)
Proposer mes « favoris » me trottait dans la tête depuis un peu trop longtemps et je me suis dit qu’il était temps de s’y coller.
Vous allez sans doute trouver ça bête, mais je cherchais un nom. Ça fait 6 mois que je cherche un nom original pour cette catégorie pas franchement originale et ce détail me bloquait, entre autres. Mais s’il y a bien une leçon que je retire de mon année 2017, c’est qu’il faut parfois accepter de mettre de côté son perfectionnisme maladif et simplement se lancer. Sinon on ne fait jamais rien.

Il va donc s’agir d’une liste sans classification de jolies découvertes récentes, (toutes catégories confondues) et de petits fragments de quotidien illustrés par des photos, histoire que ces articles ne soient pas uniquement consacrés au shopping.
Je vais certainement en faire évoluer la forme mais il y a de grandes chances pour que ce « Pêle-mêle » soit le premier d’une longue série ! Enfin… Je l’espère.

Je commence avec mon petit Noël à la maison. Cette année pour la première fois, j’ai dressé une table de Noël et avec mon chéri, nous avons passé un réveillon végane, juste tous les deux.
(Bon, ce favori commence à dater mais l’article est dans mes brouillons depuis un petit peu trop longtemps, c’est pour ça.)
C’était magique, tellement que j’en ai fait un article. Si vous êtes passé à côté allez jeter un œil, il y a plein de photos !

Je précise pour qu’il n’y ait pas de méprise qu’il ne s’agissait pas de se couper des autres. Nous avons été invités chez ma tante pour le 25 à midi, et c’était très chouette. Mais ce petit repas de réveillon m’a fait tellement plaisir que j’ai décidé de remettre ça l’année prochaine, avec un nouveau menu végane. Et cette fois, je me fais la promesse de m’y prendre un peu plus à l’avance pour les tests de recettes et la cuisine, parce que c’était un peu le rush et je me suis retrouvée un chouïa débordée entre les deux repas et le 31.

« Perfect World » de Katie Melua et son clip somptueux réalisé par le duo Karni and Saul.
Dès les premières notes, j’ai su que je venais de faire une très jolie découverte et que cette chanson allait m’accompagner pendant plusieurs jours. Comment ne pas succomber au charme de cet univers onirique et glucosé où les ours vous invitent à boire du thé dans leur petite caverne ? Un concentré de poésie et de douceur qui réchauffe le cœur, malgré le ton mélancolique de l’ensemble. Les paroles sont très touchantes et s’accordent merveilleusement bien au film, il y est question d’amour maternel et de bienveillance…
À regarder plusieurs fois pour apprécier tous les détails.

Katie Melua est une artiste formidable. J’aime aussi énormément la chanson « I cried for you », dont le clip (dans un style différent) est tout aussi original.

Un projet déco : Transformer le débarras qui me sert actuellement de chambre en un endroit agréable à regarder, propice à la détente et au sommeil.
Je trouve ma chambre tout à fait déprimante. Elle est envahie par une tonne d’objets qui ne me servent plus et dont je ne peux pas me débarrasser dans l’immédiat, il n’y a aucun élément de décoration et pour couronner le tout, ma literie est une abomination. J’ai hérité du vieux lit de ma maman, qui n’est en fait pas vraiment un lit mais plutôt un sommier en 120 cm (« Une personne et demi », ce qui n’est pas très pratique pour y dormir à deux…) et tout ce que je possède en matière de matelas/couette/oreillers/draps est soit beaucoup trop vieux et abimé, donc pas très confortable, soit affreusement moche. Disons-le franchement.
En fait, tout mon appartement aurait besoin d’être mieux décoré et plus fonctionnel mais avec mon budget limité, je suis obligée de faire les choses petit à petit et de définir des priorités. Ma chambre n’en était pas une, jusqu’à il y a quelques jours où je me suis dit que je n’avais plus envie de dormir dans un endroit aussi triste, et où j’ai décidé qu’il était temps de faire quelque chose. J’ai commencé à débarrasser l’espace en donnant à la croix rouge mais il reste des encombrants (vieux bureau, vélo d’appartement) dont je ne peux pas m’occuper seule et qui devront attendre un peu.

Quant à la déco/l’ameublement, j’y ai beaucoup réfléchi et je sais précisément ce dont envie. Du moins pour ce qui concerne le lit ! Et c’est ce qui m’importe le plus. Une chambre minimaliste me conviendrait parfaitement. Un lit qui tienne la route (surtout), une suspension sympa et des rideaux me suffiraient pour apprécier ma chambre. Je rêve de draps en lin pour leur joli look un peu froissé, leur robustesse et l’aspect écologique de cette matière.

Pour ce qui est de la literie, j’ai repéré une couette et un matelas 100% naturels. Oui parce qu’on y passe quand-même beaucoup de temps dans son lit, (surtout moi…) et je préfère opter pour des matières non toxiques. C’est plus cher c’est sûr, mais c’est mieux. Et puis je vois ça comme un investissement de toute la vie alors je suis prête à être très patiente.

Je suis juste contente d’avoir ce petit projet déco dans un coin de ma tête et le simple fait d’y rêvasser à ce que pourrait devenir ma chambre me met tout en joie.

La série de vidéos décomplexantes « Cher Corps » de Léa Bordier.
« Cher Corps » est une série de portraits de femmes qui parlent de leur rapport au corps. J’ai littéralement dévoré le contenu de cette chaine lorsque je suis tombée dessus il y a maintenant plusieurs mois, et depuis je n’en rate jamais une. Ces vidéos débordent de bienveillance, elles sont passionnantes et surtout, elles font un bien fou.
Quand j’ai un petit coup de blues parce que je n’arrive pas à me sentir jolie, j’en regarde quelques-unes et ça va tout de suite beaucoup mieux.

J’ai le sentiment que ces vidéos m’aident à me percevoir différemment, à porter un regard plus doux et plus tolérant sur mon corps, et sur la personne que je suis de façon plus générale. On se retrouve forcément dans ces portraits, je ne compte plus le nombre de fois ou j’ai pensé : « J’aurais pu dire exactement la même chose ! » Et d’une certaine manière, c’est réconfortant.

En les écoutant parler de leur passé ou de leurs expériences négatives, on comprend aussi beaucoup mieux quelles peuvent être les diverses origines d’un complexe, et comment parvenir à le surmonter. Les discours sont nuancés, mais tous donnent de l’espoir.
À chaque nouveau portrait, c’est une nouvelle personnalité lumineuse qu’on découvre. Au fur et à mesure des vidéos, je me suis rendue compte que je trouvais toutes ces personnes magnifiques. Toutes sans exception, chacune à sa manière.
La beauté ne se limite pas à un seul type de physique, celui que la société valorise pour que vous ayez envie d’acheter la dernière crème anti-cellulite ou un soutien-gorge rembourré.

Si vous n’êtes pas en paix avec votre corps et que ces préoccupations prennent trop de place dans votre esprit, faites-vous une « cure » de Cher Corps. Je ne peux pas vous garantir que vous en ressortirez transformée, parfaitement sûre de vous et délestée de tous vos complexes, mais je peux vous assurer en revanche que vous allez vous sentir mieux.

Un grand bravo à Léa pour son travail formidable et absolument indispensable. (Je voulais essayer de faire court mais c’est raté.)

Mon body Etam, que je porte avec parcimonie pour ne pas l’user trop vite.
Il faudrait que je songe à m’en dégoter un deuxième, parce que c’est quand-même super chouette les bodies.

J’ai partagé cette photo en story sur Instagram il y a quelques jours. Elle est légèrement floue, c’est un « selfie-miroir » et on dirait que je suis amputée d’un bras mais je l’aime bien. Elle représente mon envie de lâcher du lest.

Je me suis trouvée jolie sur cette photo (comme sur les autres) malgré mon petit ventre et mes vergetures. Ces détails (et les autres) m’ont semblé sans importance et je me suis rappelée que j’avais énormément de chance d’avoir un corps en bonne santé. Cette façon de penser est assez nouvelle pour moi. Je vous le disais juste au dessus à propos des vidéos « Cher Corps », j’apprends à me considérer avec plus de bienveillance parce qu’il me parait indispensable de s’aimer au moins un peu pour avoir une vie épanouissante. C’est un travail de longue haleine, il y a encore des moments où l’insatisfaction prend le dessus mais je sais que je suis sur le bon chemin.

Rendons-nous un immense service, laissons tomber cette vaine quête de perfection physique terriblement obsédante qui nous précipite immanquablement dans un gouffre de frustration et de tristesse.

Refaire le plein de bougies pour un prix TRÈS avantageux. 

Il y a quelques semaines j’ai passé une commande sur une boutique de déco anglaise qui proposait de super marques soldées jusqu’à -70%. Il s’agissait d’un gros déstockage avant fermeture de la boutique. J’ai pu refaire mon stock de bougies à moindre frais et je suis ravie d’avoir fait cette super affaire ! Je suis tranquille pour un moment.

Je voulais partager ce bon plan avec vous mais j’aurais dû le faire plus tôt, la boutique n’existe malheureusement plus. Voilà ce qui se passe quand on traine toujours pour faire les choses, grrrrr !

Trop sympa la meuf. « Haaaaan j’ai profité d’un super bon plan ! Je voulais vous en parler mais comme je suis la reine de la procrastination eh ben c’est trop tard pour vous, voilà. Mais je me suis embêtée à faire ma petite photo alors je vous en parle quand-même. »

Pardon ! Je m’en veux. 🙁 Je ferai mieux la prochaine fois, c’est promis.

Ce chat est un peu poussiéreux…

Je la laisse à nouveau dormir sur mon lit, parce qu’elle est un peu trop mignonne et moi beaucoup trop laxiste.
Elle dort au bout du lit et calque son sommeil sur le mien, ce qui est plutôt rare pour un chat. Si je me lève à 7h, elle saute du lit en même temps que moi. Et si j’ai envie de faire la grasse mat’, elle vient se blottir contre moi jusqu’à ce que j’ouvre un œil. Chaque matin j’ai droit au même accueil, elle me piétine allègrement avant de s’installer sur ma poitrine/dans mon cou en ronronnant et en me couvrant de « bisous » plein de morve. ♥

Je me dis que ma vie serait beaucoup moins chouette sans cette petite boule de poils (un peu collante) et je suis vraiment heureuse qu’elle se soit invitée sous mon toit.

Bon bien-sûr, il nous arrive parfois d’être en désaccord sur certains sujets. Par exemple, laquelle de nous-deux a le plus besoin de la chaise de bureau la plupart du temps ? Ou encore, est-il vraiment indispensable que je sois accompagnée quand je vais aux toilettes…? Mais dans l’ensemble, la cohabitation se passe bien.

En passant commande sur le site dont je vous parlais plus haut, j’ai découvert la gamme de cosmétique Meraki.
Les produits sont formulés à partir d’ingrédients doux et naturels, sans paraben, sans colorants, sans perturbateurs endocriniens et sans SLS. La marque est entièrement végane et non testée sur les animaux. (Elle propose également des bougies de belle qualité.)

J’ai choisi une crème pour les mains, des petits savons et du liquide vaisselle.

La crème pour les mains est agréable, elle sent bon, ne laisse pas de film gras sur la peau mais elle est un peu trop légère pour la saison. Mes mains très abimées ont assurément besoin de quelque chose de plus nourrissant !
Les petits savons sont géniaux. Je les trouve très décoratifs. J’en ai utilisé un et je vais garder le deuxième quelques jours au bord de ma baignoire, juste pour avoir le plaisir de le regarder. L’odeur est fraiche, très agréable. J’aurais volontiers testé le parfum lavande qui est une de mes odeurs préférées mais il ne restait que le Lemon Grass.
Quant au liquide vaisselle, l’odeur est un peu forte à mon goût mais il lave très bien. Ceci dit, seul son contenant m’intéressait. J’ai l’intention de le garder une fois le produit terminé pour le remplir avec du liquide vaisselle maison, si j’arrive à mettre la main sur une recette efficace. Mes autres « pousse-pousse » ayant lamentablement rouillé, je me suis rabattue sur un flacon en plastique.
Il reste joli malgré tout, dans l’esprit scandinave.

Meraki n’est plus disponible sur Rooi. Vous pouvez retrouver la marque chez Scandinavian Design center. Rue de la déco et Frenchrosa proposent quelques produits également. (Malheureusement les petits savons tout choupis restent introuvables.)

Reprendre mes marches, et en profiter pour photographier tous les petits trésors des environs.
Ici une immense femme en bois qui habite dans le parc à côté de chez moi, et que je vais régulièrement saluer. L’autre jour je lui ai demandé si elle n’avait pas froid, toute nue comme ça en plein hiver. Elle ne me répond jamais… Elle semble toujours perdue dans ses réflexions.


Comment avez-vous trouvé ce premier « Pêle-mêle » ?
Aimez-vous lire ce type d’articles sur les blogs ?
J’aimerais beaucoup avoir quelques retours.
N’hésitez pas à vous manifester pour me donner votre avis !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*