Le défi VegOresto

Il y a quelques semaines avec mon amoureux nous sommes allés déjeuner dans un restaurent ordinaire, ne proposant aucune option végétalienne. Nous étions même toute une brochette de véganes ce jour-là, et nous avons tous pu nous remplir la panse. Mais comment est-ce possible ?! Me demanderez-vous certainement, intrigués par cette histoire des plus mystérieuses…

Bon je vous rassure tout de suite, aucun végane terroriste n’a menacé le chef avec un couteau pour l’obliger à cuisiner un repas végé. (Parce qu’en vrai les véguants sont gentils, ils ne prennent pas les gens en otage avec des couteaux. Même bio !)

Allez, j’suis sympa je ne fais pas trop durer le suspense. Le restaurateur et son équipe ont en fait vaillamment accepté de relever un défi : Le défi VegOresto !


VegOresto ? Quézaco ?


Créé par l’association de protection animale L214, VegOresto est un annuaire en ligne qui référence les restaurants où il est possible de manger végane en France. Les établissements référencés proposent donc chaque jour au moins un menu 100% végétal, de l’entrée jusqu’au dessert. (Il peut s’agir de restaurants végétariens, végétaliens ou vegan-friendly.)

Il y a actuellement plus de 1000 restaurants référencés sur le site. Pas mal non ?

Je trouve que c’est une formidable initiative pour faciliter l’accès aux alternatives végétales. Je vais d’ailleurs m’empresser d’aller signaler quelques restaurants qui ne sont pas référencés et où j’ai pu me régaler, comme par exemple le japonais du coin. (Si tu es végane et que tu ne sais pas où manger, pense au jap’ ! Il y souvent des options végétales sympas.)

L’objectif est aussi de démocratiser la cuisine végétale en encourageant les restaurateurs à proposer des options véganes toute l’année.

Dans cette optique, VegOresto lance régulièrement des défis aux chefs cuisiniers. Ils doivent imaginer un menu 100% végétal et le servir le temps d’une soirée ou d’un déjeuner dans une ambiance chaleureuse et conviviale. En échange, les bénévoles de l’association se chargent de remplir le restaurant. (Gestion des réservations, communication en ligne etc.)

Le lendemain de l’événement les participants reçoivent par mail un petit questionnaire de satisfaction, ce qui permet au restaurateur d’avoir un retour sur son menu et de pouvoir éventuellement l’améliorer. J’ai personnellement pris cette petite mission très au sérieux et je n’ai pas économisé mes encouragements pour le convaincre d’ajouter un menu végane à sa carte.

À l’issue, environ 2 restaurateurs sur 3 signent la charte VegOresto et sont donc référencés sur le site. Ça fonctionne plutôt bien !


Le défi du jour, une réussite ou bif bof ?


Amuse-bouches surprise et tartare de légumes de saison

Pour l’apéritif nous avons eu droit à deux petits amuse-bouches colorés. Une sorte de sushi-galette de blé garni de tapenade et de crudités et des mini brochettes. On s’est demandé ce que ça pouvait bien être d’ailleurs, peut-être du tofu ? Ça restera un mystère puisqu’on n’a pas pensé à poser la question. Quoi qu’il en soit, c’était très bon.

L’entrée, fraiche et parfumée nous a beaucoup plu aussi. Le coulis de tomate au pistou était particulièrement savoureux ! (Sur le dessus ce sont des chips de vitelotte.)

Risotto crémeux aux champignons et boulettes de lupin panées

Alors celui-là, je l’attendais au tournant. Le risotto fait partie de mes plats préférés ! Je tiens ma (très bonne) recette de mon oncle italien, et même s’il a fallu la modifier un peu pour pouvoir la végétaliser, la technique reste sensiblement la même et le goût très proche des risotti que j’ai pu déguster en Italie. (Ça sonne bizarre, je sais. Mais c’est le pluriel de « risotto » en italien.) Quand il n’est pas préparé dans les règles de l’art, on peut vite se retrouver avec bouillasse infâme qu’on ne proposerait même pas à son chien. (Je suis une ayatollah du risotto, oui. Laissez-moi tranquille.)

À mon immense soulagement, celui-ci était parfait. La bonne consistance, à la fois ferme et crémeuse et un goût proche de ce que je connais. J’avais presque envie d’aller prendre le chef dans mes bras mais il n’aurait pas compris, alors je me suis ravisée. Ceci dit je n’ai pas manqué de le féliciter pour sa belle performance dans mon petit commentaire d’encouragement.

Et les boulettes alors ? Là, les avis étaient partagés. Thibaud les a adorées, de mon côté j’ai trouvé la texture un peu pâteuse. Mais je les ai quand-même mangées avec plaisir, le goût se mariait plutôt bien avec le risotto.

Cocktail de fruits frais, gelée de coco et crème d’avocat

Et enfin, le dessert. Pour moi, et pour Thibaud aussi je crois, ça a été la déception du menu. C’est dommage parce que la présentation était très jolie, mais les goûts et les textures n’étaient pas vraiment au point.

En tenant compte du fait que le chef n’avait probablement jamais cuisiné végane, je trouve qu’il s’en est admirablement sorti. Dans l’ensemble nous avons apprécié ce menu, et j’espère de tout cœur que le restaurateur fera évoluer sa carte pour que tout le monde puisse venir manger chez lui.

(Restaurent « La petite maison », 50 Avenue des Bernardines à Chambéry. Possibilité d’avoir un menu végane en passant un petit coup de téléphone à l’avance, en attendant l’éventuelle nouvelle carte.)

Devenir ambassadeur VegOresto


Aviez-vous déjà entendu parler de VegOresto ?
Qu’en pensez-vous ?
Aimeriez-vous participer à l’un de ces défis ?


 

 

1 commentaire

  1. Je dois dire que jusque-là, je ne connaissais pas VegOresto, mais je trouve aussi que c’est une très bonne initiative. C’est une situation gagnant-gagnant à la fois pour les restaurateurs et les végétariens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*