Linguine sauce Alfredo

Je n’avais jamais entendu parler de la sauce Alfredo, jusqu’à ce que je tombe sur une version végétale en cherchant une bonne recette de sauce pour les pâtes. Oui parce que les pâtes, sachez-le, c’est ma grande passion. (Enfin c’est la grande passion de mon ventre.) Je suis toujours à l’affût de nouvelles idées pour les accommoder et là mes amis, je dois vous dire que je tiens quelque chose d’assez fantastique. Mais avant de vous livrer cette super recette, quelques mots sur la sauce Alfredo.

Si l’on en croit Wikipédia, il s’agirait d’une sauce d’origine italienne à base de beurre, de crème et de parmesan. (Beurre, crème et parmesan. Oui ça peut être pas mal je suppose, quand on ne tient pas spécialement à vivre vieux.) Aux États-Unis elle serait devenue « un cataplasme de pâtes avec 2 L de crème et de poulet bouilli ». C’est étonnant…

On raconte que la recette aurait été inventée par le cuisinier romain Alfredo Di Lelio en 1914.

L’origine de cette sauce reste toutefois assez floue. J’ai lu qu’elle nous viendrait en fait des États-Unis et qu’elle n’aurait absolument rien à voir avec l’Italie.

Beaucoup d’italiens ne la connaissent pas, d’ailleurs mon papa (qui est italien) n’en avait jamais entendu parler lui non plus. En revanche, on la retrouve au menu de tous les restaurants « italiens » aux États-Unis. Il se pourrait que la petite histoire du cuisinier romain soit une légende, et que les italiens se soient finalement réapproprié les fettucine Alfredo pour contenter les touristes.

Je vous avoue que je n’ai pas eu le courage d’enfiler ma casquette de Sherlock pour tenter de résoudre ce mystère. De toute façon, la recette que je vous propose n’a presque rien à voir avec l’originale qui ne semble pas être grand-chose de plus qu’une bombe calorique. Ceci dit, même sans beurre et sans fromage, il s’agit d’un plat particulièrement copieux et réconfortant que je m’accorde régulièrement, parce que… Vous savez… La vie est rude.

Je vous propose une version personnelle, inspirée de plusieurs recettes végétaliennes testées. Je ne devrais peut-être pas continuer de l’appeler « sauce Alfredo » mais tant pis, je le fais quand-même. Alfredo était certainement un type vachement sympa (on est forcément un type sympa quand on s’appelle Alfredo) et je suis sûre que ça ne l’aurait pas dérangé.

Ici j’ai utilisé des linguine, mais n’importe quel type de pâtes fera l’affaire. J’ai quand-même une préférence pour des pâtes « longues » quand c’est une sauce crémeuse (spaghetti, tagliatelle, linguine, fettuccine…)

Ingrédients pour 2 assiettes

  • 250 mL de lait d’amande non sucré
  • 250 g de pâtes (ici des linguine)
  • 2 c. à s. de purée de cajou
  • 1 c. à s. de levure maltée
  • 1 c. à s. de sauce soja
  • 2 c. à c. de margarine
  • 1 c. à c. de moutarde
  • 1,5 c. à s. de citron
  • 1 gousse d’ail
  • 1 c. à s. de maïzena
  • Du persil
  • Du poivre
  • Une pincée de sel

Préparation :

Lancez la cuisson des pâtes.

Hachez le persil, puis mixez tous les autres ingrédients.

Faites chauffer la sauce à feu doux en remuant, si vous avez une cuillère magique c’est l’idéal, sinon un fouet fera très bien l’affaire. Lorsque la sauce a suffisamment épaissi, arrêtez le feu.

Servez les pâtes en les nappant généreusement de sauce. Ajoutez un peu de persil haché sur chaque assiette, puis donnez un tour de moulin à poivre.

Vous trouverez la recette de mon parmesan végétal à la fin de l’article sur le risotto.

Notes : La purée de cajou apporte un crémeux sans pareil. Je l’utilise principalement dans les sauces et les smoothies. On pourrait la comparer au beurre de cacahuète mais avec un goût tout doux de noix de cajou. C’est terriblement addictif.

Quelques petites info nutritionnelles en passant : La noix de cajou est riche en vitamines et minéraux. C’est une excellente source de magnésium. Elle contient aussi des antioxydants qui permettent d’éviter pas mal de maladies (dont les cancers) et des acides gras monoinsaturés (les bonnes graisses) qui agissent positivement sur la santé cardiovasculaire et réduisent le risque de diabète. Que du bon quoi ! Attention toutefois à ne pas en abuser, c’est extrêmement calorique. Quoi qu’il en soit vu le prix du pot, vous aurez envie de la faire durer.


Vous connaissez la purée de cajou ? Si oui je serais curieuse de savoir ce que vous en faites.
J’espère que vous aimerez cette recette autant que moi, laissez-moi un petit mot pour me dire si elle vous inspire !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*